La Prophétie des Papes, Partie 2 (version française)

«L’ARMÉE DE MARIE SE RECONNAÎTRA À CE SEUL SIGNE: SA FIDÉLITÉ À ROME ET AU PAPE.» [VA App. II, 126; cf. VA App. II, 180]

Marie-Paule, Vie d’Amour, Appendice
— Volume II, La Co-Rédemption, p. 126; cf. p. 180
(réflexions du 27 décembre 1985,
sur le Rapport du Comité d’enquête sur l’Armée de Marie)[1]

Eh bien, nous sommes peut-être le seul groupe, dans l’Église, à avoir conservé le riche patrimoine de l’Église catholique romaine, sans pour autant nous fermer au vrai renouveau qu’elle préconise. [VA. App. III, 123]

Marie-Paule, Vie d’Amour, Appendice
— Volume III, Le Crucifiement, p. 123
(conférence de presse du 7 mai 1987,
suite au décret de révocation de l’Armée de Marie
par le Cardinal Louis-Albert Vachon)

Il est à remarquer que l’Armée de Marie n’est pas le seul groupe repoussé au Vatican. D’autres mouvements, FIDÈLES AU PAPE eux aussi, subissent le même sort, et nous les connaissons. Et cette lutte s’intensifie constamment contre eux et contre nous. Notre «seul tort» est d’être fidèles à l’enseignement de l’Église catholique romaine et fidèles à Son Chef visible sur la terre.

Mère Paul-Marie, article «Mort et Résurrection», signé le 7 juillet 1987,
dans le journal Le Royaume, n. 54, septembre 1987, p. 6 [LR-054]

*****

[L’image à la une de cet article est la page 311 du Lignum Vitae, d’Arnold de Wion, où a été publiée pour la première fois la Prophétie des Papes attribuée à l’archevêque irlandais saint Malachie d’Armagh. Source: Wikipedia. On peut y voir, après AXIS IN MEDIETATE SIGNI et DE RORE COELI, la seconde tranche des devises, celles qui sont postérieures à la publication de la prophétie en 1595.]

Je reporte ici le tableau que j’ai fait de la Prophétie des Papes de saint Malachie, et que j’ai révisé, corrigé et amélioré. Outre sainte Jeanne d’Arc, j’ai cru bon d’y insérer les femmes qui ont reçu officiellement le titre de «docteur de l’Église»:

— sainte Thérèse d’Avila (27 septembre 1970, par Paul VI)
— sainte Catherine de Sienne (3 octobre 1970, par Paul VI)
— sainte Thérèse de Lisieux (19 octobre 1997, par Jean-Paul II)
— sainte Hildegarde de Bingen (7 octobre 2012, par Benoît XVI)

Marie-Paule fut elle-même proclamée «docteur de l’Église», le 31 mai 2010, par Padre-Jean-Pierre,[2] formant avec les quatre femmes qui précèdent comme une «quintuple couronne» de docteurs féminins au sein de l’Église.

*****

Dans l’article précédent, nous avons dit que les devises des papes modernes étaient particulièrement «éloquentes», au point d’en justifier le caractère inspiré, d’accréditer la Prophétie des Papes et de susciter un regain d’intérêt pour celle-ci. En fait, tout a commencé avec le Pape Pie VI, qui était assis sur le trône de Pierre au moment de la Révolution française. Sa devise prophétique était:

96.
PEREGRINUS APOSTOLICUS
L’étranger apostolique»)
Le voyageur apostolique»)
Le pèlerin apostolique»)

[Pape Pie VI (1775-1799)]

Cf. Raoul Auclair, La Prophétie des Papes, pp. 20-21, 27-29.

En 1782, Pie VI fit une visite officielle à Vienne (Autriche), dans une tentative de conciliation avec l’empereur Joseph II. Cet événement était si extraordinaire (puisque aucun pape n’avait quitté l’Italie depuis fort longtemps) qu’une médaille a été frappée en commémoration. Ayant en tête la Prophétie des Papes de saint Malachie, l’on ne trouva rien de mieux que d’inscrire sur la médaille la devise PEREGRINUS APOSTOLICUS. Mais ce n’est pas tout. Seize ans plus tard, dans le contexte de la Révolution française, le vieux pape sera envoyé en exil, voyageant d’une ville à une autre. Il mourra, épuisé, dans la citadelle de Valence, en France, avant même d’avoir atteint sa destination finale.

Pie VI (Giovanni Angelico Braschi)

Naissance: 25 décembre 1717
Élection au pontificat: 15 février 1775
Décès: 29 août 1799


97.
AQUILA RAPAX
L’aigle rapace»)
L’aigle ravisseur»)

[Pape Pie VII (1800-1823)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 29-30.

De façon saisissante, cette devise annonçait le pape en peignant le portrait de son adversaire. Pie VII résista aux prétentions de Napoléon Bonaparte. L’empereur français décida d’enlever le pontife romain, pendant une nuit de juillet, en 1809.[3] Le pape fut tenu en captivité, pour ne pas dire séquestré, pendant trois ans dans la ville de Savone, en Italie. Puis il fut transféré à la prison somptueuse de Fontainebleau, en France. Nous savons maintenant que le dessein secret de «l’aigle ravisseur» était d’installer la papauté à Paris. Pie VII était prêt à abdiquer, si un tel scénario devait se produire. La chute de l’Aigle en 1814 signifia la libération du Vicaire du Christ et son retour à Rome. Pour Raoul Auclair, cette devise, AQUILA RAPAX, est dans une si éblouissante harmonie avec l’histoire qu’elle seule suffit pour valider la Prophétie des Papes dans son entier.[4]

Pie VII (Barnaba Niccolò Maria Luigi Chiaramonti)

Naissance: 14 août 1742
Élection au pontificat: 14 mars 1800
Décès: 20 août 1823

[En 2007, Benoît XVI a autorisé l’ouverture du procès en vue de la béatification de Pie VII (qui reçut alors le titre de «serviteur de Dieu»).]

Dans la liste des dix plus longs pontificats de l’histoire, excluant saint Pierre, se trouvent Pie VI (24 ans, 195 jours) et Pie VII (23 ans, 159 jours), respectivement au 4e et au 6e rang. Faisons un bref commentaire sur la devise qui a précédé ces deux grandes figures papales.


95.
URSUS VELOX
L’ours véloce ou rapide»)

[Pape Clément XIV (1769-1774)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 23-27, 31.

Nous sommes dans le Siècle des Lumières ou l’Âge de la Raison, la Franc-maçonnerie et d’autres sociétés secrètes fomentent l’agitation politique. La Révolution française (1789) est sur le point de naître. L’ours est le symbole de la Révolution. L’esprit de la Révolution croîtra rapidement jusqu’à sa manifestation totale dans la Révolution russe (1917). La Russie est également symbolisée par un ours.

Clément XIV (Giovanni Vincenzo Antonio Ganganelli)

Naissance: 31 octobre 1705
Élection au pontificat: 19 mai 1769
Décès: 22 septembre 1774

*****

*****

[L’on pourra se reporter au livre de Raoul Auclair, La Prophétie des Papes (pp. 31-41), pour les devises 98 (CANIS ET COLUBER, «Le chien et le serpent»), 99 (VIR RELIGIOSUS, «Un homme religieux») et 100 (DE BALNEIS ETRURIAE, «Des bains d’Étrurie»), correspondant aux papes suivants: Léon XII (1823-1829), Pie VIII (1829-1830) et Grégoire XVI (1831-1846).]

*****

101.
CRUX DE CRUCE
La croix de la croix»)

[Pape bienheureux Pie IX (1846-1878)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 42-46.

Avec la 101e devise s’ouvre «le cycle prestigieux» (p. 42) des 11 dernières devises. Comme l’affirme Raoul Auclair dans son livre La Prophétie des Papes, le Pape Pie IX est un «très grand pape» (p. 42), et «les saints, à partir de [lui], vont se succéder sur le siège de Pierre» (p. 45). Le pontificat de Pie IX est le plus long de l’histoire (31 ans, 236 jours), abstraction faite du pontificat de saint Pierre, dont la longueur précise n’est pas connue.

La croix est l’emblème héraldique de la Maison de Savoie. Le comté de Savoie fut érigée en duché en faveur d’Amédée VIII (dernier comte et premier duc de Savoie). Ce dernier deviendra l’antipape Félix V (1439-1449), élu par le Concile schismatique de Bâle. Il correspond à la devise AMATOR CRUCISL’amant de la croix»). Victor-Emmanuel II, dernier duc de Savoie, proclamera l’abolition des États pontificaux en 1870, dans le contexte du Risorgimento ou unification italienne.

La perte des États pontificaux fut une «croix» pour la papauté lui venant de la Croix de Savoie: CRUX DE CRUCELa croix [venant] de la croix»). Raoul discerne également, dans le pontificat de Pie IX, «le départ du grand Chemin de la croix de l’Église de la Croix» (p. 45).

Le pontificat de Pie IX fut marqué de trois importantes épiphanies de Marie: La Salette (le 19 septembre 1846, 3 mois et 3 jours après l’élection du pape), Lourdes (1858) et Pontmain (1871). Dès le départ de ce long Vendredi Saint de l’Église, la Vierge avait annoncé à La Salette: «Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist»; et: «L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.» L’Église (les Membres), comme le Christ (la Tête), doit passer par la mort, en vue de sa «résurrection mariale», grâce à la Fleur des Fleurs (FLOS FLORUM).

Le 8 décembre 1854, le Pape Pie IX a promulgué le dogme de l’Immaculée Conception.

bienheureux Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti)

Naissance: 13 mai 1792 (125 ans avant la première apparition de Marie à Fatima)
Élection au pontificat: 16 juin 1846
Décès: 7 février 1878
Reconnaissance de l’héroïcité des vertus: 6 juillet 1985 [par Jean-Paul II]
Béatification: 3 septembre 2000 (en même temps que Jean XXIII) [par Jean-Paul II]
Fête liturgique: 7 février


102.
LUMEN IN COELO
Une lumière dans le ciel»)

[Pape Léon XIII (1878-1903)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 47-49.

Les armoiries de Léon XIII portent une comète d’or sur un champ d’azur («une lumière dans le ciel»). En conformité avec ce symbolisme, voici quelques assertions intéressantes de Raoul Auclair, tirées de son livre La Prophétie des Papes:

L’on sait quelle admirable intelligence fut Léon XIII. Dans le ciel obscurci par tant de doctrines subversives, ses célèbres encycliques brillent comme un soleil de vérité. [p. 47]

Il est le premier pontife qui plaça résolument l’Église, la Cité de Dieu, en face de la Cité des hommes et qui, sans rien aliéner ni compromettre, essaya de sauver ce qui pouvait l’être encore. Rerum novarum: l’Église descend dans le monde, non pour le justifier, mais pour le redresser. [p. 48]

Le pontificat de Léon XIII portait en germe ce qui allait s’épanouir et fructifier durant le deuxième Concile du Vatican: le souci de l’oecuménisme et, déjà, le contact avec les églises séparées; enfin, la présence au monde, mais non point l’alliance avec le Prince de ce monde. [pp. 48-49]

L’encyclique Rerum novarum (15 mai 1891) est considérée comme un texte fondateur de la doctrine sociale catholique de l’ère moderne, un «document immortel» de la part d’un «grand Pape».[5] Parmi les nombreuses encycliques (86 en tout) de Léon XIII, l’on en trouve quatre qui dénoncent la franc-maçonnerie (à commencer par Humanum genus, du 20 avril 1884), et onze qui promeuvent le Rosaire. Les Congrès eucharistiques internationaux et les grands pèlerinages marials vont débuter pendant le pontificat de Léon XIII, le troisième plus long de l’histoire (25 ans, 150 jours), après ceux du bienheureux Pie IX et de saint Jean-Paul II.

Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Raffaele Luigi Pecci)

Naissance: 2 mars 1810
Élection au pontificat: 20 février 1878
Décès: 20 juillet 1903


103.
IGNIS ARDENS
Le feu ardent»)

[Pape saint Pie X (1903-1914)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 49-52, 71, 93.

Le Pape saint Pie X est l’un des saints patrons de l’Armée de Marie.[6] Pie X était une âme mystique, dévorée par le feu ardent de l’amour. Mais un autre feu marquera la fin de son pontificat: le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le Pape Pie X est indiqué par la Dame de tous les Peuples, lors de la 4e vision:

Puis la Dame me montre trois Papes. En haut, à gauche, Pie X; au milieu, notre Pape [Pie XII]; à droite, un Pape futur [Jean-Paul II]. La Dame dit:

«Ces trois, c’est toute une époque.» «Ce Pape et le nouveau sont les Lutteurs.»

La Dame me fait voir une guerre. Elle viendra beaucoup plus tard. C’est une guerre nouvelle, étrange. Elle causera de terribles désastres. [4e vision, 29 août 1945]

En vérité, avec Pie X, nous entrons dans une nouvelle époque. Cette époque décrite par la Dame et caractérisée par trois papes clefs coïncide avec le temps de l’Apocalypse, plus précisément dans sa première phase [la section bleu pâle du tableau]. La Première Guerre mondiale, amorcée sous Pie X, deviendra sous le pontificat suivant ce que Raoul Auclair appelle la «Guerre-Révolution universelle».[7]

Jeanne d’Arc, morte brûlée par le feu, a été béatifiée, le 18 avril 1909, par Pie X, désigné lui-même dans l’oracle comme étant un «feu ardent» (IGNIS ARDENS).

Buste de sainte Jeanne d’Arc que j’ai pris moi-même en photo, à l’Hôtel-Dieu de Montréal, dans un petit parloir des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph.

saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto)

Naissance: 2 juin 1835
Élection au pontificat: 4 août 1903
Décès: 20 août 1914
Reconnaissance de l’héroïcité des vertus: 12 février 1943 [par Pie XII]
Béatification: 3 juin 1951 [par Pie XII]
Canonisation: 29 mai 1954 [par Pie XII]
Fête liturgique: 21 août


104.
RELIGIO DEPOPULATA
La religion dépeuplée»)

[Pape Benoît XV (1914-1922)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 52-57, 60, 93.

Le Pape Benoît XV monta sur le trône de Pierre avec une devise très sombre attachée. Avec la Première Guerre mondiale, qui était au départ une guerre en Europe, les nations chrétiennes sur le continent furent littéralement dépeuplées et dévastées. En 1917, la guerre prit un tournant universel avec l’entrée de l’Amérique dans le conflit. 1917 était aussi l’année des apparitions de Fatima, l’année du retour officiel des Juifs en Palestine (avec l’aide du gouvernement britannique) et l’année de la Révolution bolchévique en Russie. Cette année, 1917, représente officiellement pour Raoul Auclair le commencement des temps apocalyptiques prophétisés par saint Jean à la fin de la Bible, mais aussi par tous les prophètes de l’Ancien Testament sous le nom de «Jour de Yahvé». «La religion dépeuplée» sera une caractéristique, non seulement de la Première Guerre mondiale, mais de l’ensemble de la «Guerre-Révolution universelle» qui continuera durant le XXe siècle, avec ses millions de gens tués par les différentes idéologies totalitaires. Le christianisme, et surtout l’Église catholique, sera la première cible des révolutionnaires. Mais le but ultime est d’éliminer Dieu et toute religion authentique de la cité. RELIGIO DEPOPULATA est la première des huit dernières devises qui couvriront l’Apocalypse.[8]

Soulignons que Benoît XV eut l’honneur de canoniser Jeanne d’Arc (16 mai 1920), près de 489 ans après son exécution sur le bûcher de Rouen (30 mai 1431), bien que liturgiquement, la Pucelle d’Orléans n’est toujours pas célébrée comme martyre.

Benoît XV (Giacomo Giambattista della Chiesa)

Naissance: 21 novembre 1854
Élection au pontificat: 3 septembre 1914
Décès: 22 janvier 1922


105.
FIDES INTREPIDA
La foi intrépide»)

[Pape Pie XI (1922-1939)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 57-59.

Alors que nous progressons dans le temps de la «Grande Épreuve», la devise suivante, liée au Pape Pie XI, indique clairement la sorte de caractère nécessaire pour survivre à ce temps. Oui, ces gens vêtus de blanc, qui lavent leurs robes et les blanchissent dans le sang de l’Agneau, doivent être soutenus et animés par une foi solide et intrépide. Le temps des martyrs est revenu. La Russie répand ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Staline et Hitler surpassent terriblement n’importe quel des grands tyrans de l’histoire passée. La combinaison des deux provoquera la deuxième phase de la «Guerre-Révolution universelle» (Deuxième Guerre mondiale). Confronté à l’ascension de ces deux brandons d’iniquité, le pape à la «foi intrépide» condamnera le communisme, le déclarant comme étant «intrinsèquement pervers».[9] Pie XI instituera également la fête liturgique du Christ Roi.[10] Avec une foi absolue et intrépide, nous nous accrochons aux Trois Blancheurs: l’Eucharistie, Marie et le Pape.

Le 2 mars 1922, parmi les premiers actes de son pontificat, Pie XI publia la lettre apostolique Galliam, Ecclesiae filiam primogenitam, pour la proclamation de Notre-Dame de l’Assomption comme patronne principale de la France, et de sainte Jeanne d’Arc comme patronne secondaire.

Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti)

Naissance: 31 mai 1857
Élection au pontificat: 6 février 1922
Décès: 10 février 1939


106.
PASTOR ANGELICUS
Le pasteur angélique»)

[Pape Pie XII (1939-1958)]

Cf. La Prophétie des Papes, pp. 22, 60-64, 71, 109.

La Dame de tous les Peuples a décrit le Pape Pie XII comme étant l’un des «Lutteurs». La Deuxième Guerre mondiale se déchaîna pendant les premières années de son pontificat. Pie XII était un saint et un mystique, et aussi un prophète. Il était un docteur, parmi les plus grands, et Raoul Auclair voit en lui «le docteur de ce monde nouveau, de ce monde meilleur»[11] que sera le Royaume terrestre. Raoul va jusqu’à le qualifier, et par deux fois, d’être «le plus marial des papes».[12] Pie XII a été ordonné évêque par Benoît XV le 13 mai 1917, le jour même, en fait à l’heure même, de la première apparition de Marie à Fatima. Le 1er novembre 1950, il a promulgué le dogme de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie au Ciel, en corps et en âme.[13] Telle était la grandeur de Pie XII que tout le monde voyait en lui le «pasteur angélique» de saint Malachie.[14]

Le pontificat de Pie XII est au 13e rang pour la durée (avec 19 ans et 221 jours).

Ayons à l’esprit ces indications célestes que Marie-Paule reçut en Vie d’Amour, concernant le Pape Pie XII (nous sommes en 1958, l’année de son décès):

«LE SAINT-PÈRE, LE PAPE PIE XII, A LES YEUX TOURNÉS VERS LE CANADA. IL SAIT QU’UNE FEMME… (je ne sais rien de plus). DE GRANDES CALAMITÉS VIENDRONT SUR LE CANADA…» [VA II, 14; LR-139, p. 5]

«LE SAINT-PÈRE PIE XII SOUFFRE MORALEMENT, C’EST TERRIBLE.» [VA II, 27]

«SA SAINTETÉ PIE XII NE VERRA PAS LA PIRE LUTTE CONTRE L’ÉGLISE CATHOLIQUE.» «TOUT SE PRÉPARE.» [VA II, 38; cf. VA IX, 90]

vénérable Pie XII (Eugenio Maria Giuseppe Giovanni Pacelli)

Naissance: 2 mars 1876
Élection au pontificat: 2 mars 1939
Décès: 9 octobre 1958
Reconnaissance de l’héroïcité des vertus: 19 décembre 2009 (en même temps que Jean-Paul II) [par Benoît XVI]

*****

La prochaine fois, nous serons en compagnie des souverains pontifes qui furent parmi les artisans directs du Concile Vatican II (1962-1965): ce seront les «pasteurs» et les «nautoniers» lors de la Grande Tempête (PASTOR ET NAUTA).


Notes

[1]Cf. Mère Paul-Marie, «Vocations et missions» (Le Royaume, n. 16, novembre 1983, p. 3, 1ère colonne en bas) [LR-016]. Une image de sainte Jeanne d’Arc accompagne cet article en première page du journal.

[2]Cf. Le Royaume, n. 203, mai-juin 2010, pp. 11-12 [LR-203].

[3]Raoul Auclair fait remarquer que 666 ans (6 × 111) se sont écoulés depuis le début de la Prophétie des Papes, quand Pie VII est enlevé par Napoléon (1143-1809). Cf. La Prophétie des Papes, p. 102.

[4]Cf. Raoul Auclair, Histoire et Prophétie, p. 205; Prophétie de Catherine Emmerich pour notre Temps, p. 67.

[5]Jean-Paul II, lettre encyclique Centesimus annus (1er mai 1991), n. 1.

[6]Cf. Marie-Paule, «Saint Pie X» (Marie, n. 4, décembre 1976-janvier 1977, pp. 1, 3) [M-04].

[7]Cf. Raoul Auclair, La Dame de tous les Peuples, pp. 45-47; Mère Paul-Marie, «La Fleur des Fleurs» — «Flos Florum» (Le Royaume, n. 150, juillet-août 2011, pp. 5-6) [LR-150].

[8]Cf. Raoul Auclair, Les Centuries de Nostradamus ou le Dixième Livre sibyllin, pp. 99-100, 270; L’Apocalypse, vol. III, pp. 56, 58-59, 98.

[9]Lettre encyclique Divini Redemptoris (19 mars 1937), n. 58. Pie XI condamna aussi le nazisme en Allemagne (lettre encyclique Mit brenneder sorge, 14 mars 1937) et le fascisme en Italie (lettre encyclique Non abbiamo bisogno, 29 juin 1931).

[10]Lettre encyclique Quas primas (11 décembre 1925).

[11]La Prophétie des Papes, p. 62.

[12]La Prophétie des Papes, pp. 60-61. Bien sûr, c’était avant l’arrivée de Pape Jean-Paul II, l’autre «Lutteur» de la Dame. Marc Bosquart utilisera cette même expression, «le plus marial des papes», en relation avec Jean-Paul II: «La Dame de tous les Peuples, l’Année Sainte et les Mystères du Rosaire» (Le Royaume, n. 29, mars 1985, p. 5) [LR-029]. Quant à Jean-Paul II, le second «Lutteur», cf. Raoul Auclair, La Dame de tous les Peuples — Ouverture à l’intelligence des messages, pp. 45-50, 82-86; Marc Bosquart, «Crucifiez-Le» (L’Étoile, n. 11, mai 1980, p. 6) [E-11]; «La Médaille Miraculeuse aujourd’hui» (L’Étoile, n. 19, mars 1981, p. 13) [E-19]; Mère Paul-Marie, Les Voies de Dieu ne sont pas les nôtres, p. 64; «Un seul troupeau, un seul Pasteur» (Le Royaume, n. 123, septembre-octobre 1997, p. 5) [LR-123]; «La Fleur des Fleurs» — «Flos Florum» (Le Royaume, n. 150, juillet-août 2001, pp. 5-6) [LR-150].

[13]Raoul Auclair souligne que Pie XII, que l’on a appelé «le Pape de Fatima», eut la vision du «miracle du soleil» comme à la Cova da Iria, dans le ciel de Rome, le jour de la promulgation du dogme (cf. La Prophétie des Papes, p. 61). En fait, Pie XII eut la grâce d’un tel spectacle à quatre reprises, en l’année 1950, les 30 et 31 octobre, ainsi que les 1er et 8 novembre. Cf. Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Saint-Parres-lès-Vaudes, La Contre-Réforme catholique, tome III: Le troisième secret (1942-1960), première édition en 1985, pp. 188-193.

[14]Cf. Raoul Auclair, Les Centuries de Nostradamus ou le Dixième Livre sibyllin, pp. 99-100, 270-271; Histoire et Prophétie, p. 189; «Sous le signe de la réparation…» (Marie, n. 13, novembre 1977, p. 5) [M-13]; Mère Paul-Marie, Les Voies de Dieu ne sont pas les nôtres, pp. 64-65; «La Fleur des Fleurs» — «Flos Florum» (Le Royaume, n. 150, juillet-août 2011, p. 5) [LR-150].

2 réflexions sur “La Prophétie des Papes, Partie 2 (version française)

  1. Tellement intéressant! Quel travail de recherche! Il faut prendre le temps de bien lire!
    Félicitations, et merci de nous partager .

    J’aime

  2. Merci Pere David! C’est tellement enrichissant de lire toute cette information….Que la Dame et Dieu le Pere vous donnent le centuple de vos bonnes actions! (tellement de recherche)
    Francine et Peter Poisson

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s